Le doré jaune

Nom scientifique : Sander vitreus

Poids : 11 kilos

Statut de conservation : Stable – préoccupation mineure

Habitats : Lac Érié, Lac des Milles Lacs, Lac des Bois, Lac Oneida…

Le doré jaune est particulièrement apprécié pour son goût savoureux, ce qui fait de lui une prise très recherchée. C’est pourquoi des règles strictes encadrent la pêche de cette espèce, afin d’en assurer la pérennité.

Il est plus aisé d’attraper le doré jaune le matin ou tard le soir, car il a tendance à se nourrir dans l’obscurité. En effet, grâce à ses grands yeux, il est capable de se nourrir la nuit.

Au Québec, le doré jaune est souvent appelé doré, car pour les pêcheurs qui en attrapent, c’est comme trouver une pépite d’or ! On les trouve habituellement dans des eaux claires et profondes, ou bien dans des eaux tachées mais peu profondes. C’est un poisson de taille moyenne, qui pèse entre deux et trois livres.

Les techniques les plus communes pour attraper cette espèce sont l’utilisation d’appâts vivants ou de bouchons à éclater, de hameçons ou encore de leurres.

Lorsque l’eau se réchauffe au début de l’été, le doré jaune se déplace des frayères vers la partie centrale du lac. On les trouve souvent près d’une structure rocheuse.

 

La pêche sportive :

Le doré jaune est une espèce de poissons qui est beaucoup pêchée par les amateur de pêche sportive. Lucifuge, cette espèce se pêche souvent le soir, de nuit ou à l’aube. En eau turbide, il est actif toute la journée. Les appâts vivants (petit poissons) sont très efficaces mais souvent interdits. Il est aussi possible de le capturer à la mouche. Il va chercher des insectes à la surface de l’eau à la tombée de la nuit. Le doré jaune est très recherché pour sa chair et pour le combat qu’il peut offrir lors de sa capture.

A bien noter que les yeux du doré jaune ainsi que ceux du noir possèdent une couche de pigments réfléchissant la lumière appelé tapis choroïdien. Cette couche procure au poisson une excellente vision nocturne et les oblige à éviter les lumières trop vives.

Il arrive que les 2 espèces s’hybrident pour former une sous-espèce nommé “saugeye” en anglais.

 

Intérêt commercial du doré jaune :

Cette espèce est peu usitée en aquaculture et l’est généralement à des fins d’ensemencement. Une pêche commerciale existe au Canada. Sa chair, très estimée, se vend assez cher.

Vendre ce poisson avec la peau dégrade légèrement sa qualité par rapport à celui issu de la pêche sportive. Effectivement le limon de ce poisson possède une odeur forte qui laisse un goût désagréable à la chair.

Une importante industrie se concentre autour de la pêche sportive.